Bienvenue, Ouvrez une session ou inscrivez-vous



Portrait d'un navigateur bien connu de tous...

Yves Thirionet, personnage discret mais dégageant le souffle d'une passion communicative.

C'est avec beaucoup de curiosité que j’ai rencontré un soir d'automne ce garçon qui revenait d'un rallye internationalement réputé, la Carrera Pan Americana.

C'était en 1950, que naissait cette course qui était dédiée aux gros cubes de l'époque.

Rallye disputé sur le continent américain, le Mexique. Une épreuve de 3000 km à travers le pays, pendant sept étapes. Routes pavées (mélange de roches volcaniques) et parfois de longs tronçons de bitume, la composition des routes imposait le changement des pneus à +/- 1000 miles, au risque de voir la transformation rapide d'’une structure neuve à un type slick.

Certaines sections sont fermées à la circulation, pour faire place libre aux ’épreuves de vitesse, celles-ci déterminent bien certainement le classement mais aussi l’'ordre de départ du lendemain.

Cette compétition est issue d'’une combinaison de plusieurs éléments, vitesse et conditions climatiques. Les participants démarrent avec un climat tropical caractérisé par des t° chaudes et humides, ils parcourent les routes sous une chaleur étouffante, tracé qui prend son départ au niveau de la mer et se dirige vers l'intérieur du pays pour atteindre une ’altitude de 3000 m. Les températures chutant de 35° à 0° en montagne.

Mon ami Yves m’'avoue avoir plus souffert de la chaleur et du bruit du moteur que de l'’état des routes.






Les habitants des grandes villes et bien sûr tous les autochtones attendent cet évènement avec impatience. Veracruz, Oaxaca, Morelia ainsi que la ville d'arrivée Zacateca prennent des airs de fêtes l'engouement populaire y est à son paroxysme.





Les spectateurs se pressent pour demander des autographes, qu'ils reçoivent d'ailleurs, mais ils ne savent pas de qui! Peu importe, mais le souvenir de cette course réputée, ils l'ont!

La police bien présente sur le parcours abuse de coups de flash, pas pour les radars, mais pour les photos souvenirs, que du plaisir pour les concurrents et les spectateurs. La fête tout au long du trajet.





Yves me décrit cette ambiance en faisant le parallèle entre la Carrera et notre tour de France, ce dernier étant moins rapide si on tient compte que la vitesse de 150 km/h était la moyenne courante dans les étapes fermées à la circulation. Pour la petite anecdote, lors d'un premier briefing, un des commissaire a vivement remercié les concurrents de participer à la course dans ce pays, qui est le seul au monde où la police recommande de rouler à plus de 170 kmh. Boutade ou réalité de chronométrage ? Une pointe de vitesse de notre équipage fétiche a été relevée à plus de 300 kmh !!!





Les Belges au pays des cactus et de la Tequila. Cocorico ! Nos petits belges étaient bien représentés au départ et bien certainement à l'arrivée et n'ont pas a rougir de leurs résultats. Les trois équipages au ravitaillement (carburant à la moitié de nos prix, on peut se permettre les gros cubes)





La "Stud" de R. Van der Straten et Y. Thirionet





"stud" 1953





La très belle Ford Mustang GT 350









Thierry de Lattre et Eric Werner avec à la main une cannette bien méritée (pub non payée, dommage)









Christian Dumolin et Christophe Van Riet dans leur Ford Falcon





En sixième position, la Ford Mustang GT 350 des Belges Thierry de Lattre-Eric Werner (vue sur une photo précédente), et pour fermer la marche de nos compatriotes, à la onzième place nous retrouvons le duo Christian Dumolin-Christophe Van Riet avec leur puissante Ford Falcon. Jaune que l'on ne peut pas louper dans la nature!





Il est intéressant de signaler que la Studebaker (ex. Pierre de Thoisy, vainqueur à plusieurs reprises de cette épreuve) a participé quelques fois à la Carrera, mais ne me faites pas dire qu'elle connait la route.





Cent onze équipages au départ de la grande aventure et 84 à l'arrivée, bravo Messieurs.

Mais j'oublie dans mon élan, Yves, et c'est quand même lui que j'interview.

Yves Thirionet n'a pas toujours été navigateur, mais aussi pilote à ses débuts, c'était en 1985.

Il a prit part à plusieurs courses internationales, et navigué un certain Henri Pescarollo pendant quatre rallyes Neige et Glaces.

Des épreuves de renom telles, Monte Carlo historique, Tour de Corse, Acropole et bien d'autres. Il les connaît.

Yves n'a pas toujours navigué dans les rallyes Oltimer, mais a également participé au "challenge Citroën".

Dès sa plus jeune enfance, le Liège-Rome le faisait rêver.

En 1989 il découvre l'autre côtè de la barrière, commissaire aux Coupe des sources. C'est vous dire s'il connaît toutes les facettes et les particularités du rallye.

Ce n'est pas ce qui lui convient le mieux, il préfère se retrouver dans une auto. Il reprend sa place devant son Halda et ses cartes afin de naviguer pendant quatre éditions de la Coupe des Sources, le talentueux pilote Jean-Claude Probst.

L'année 1993 lui permet de réaliser son rêve de jeunesse. Il participe au mythique Liège-Rome- Liège en donnant la cadence à Marc Schoonbroodt.

Ami de Raphaël Van der Straeten et bien sûr une passion commune, ce dernier lui propose de l'épauler sur des rallyes de réputations internationale tels, le Costa Brava en 2012 le Mexique deux fois également en 2012, oui parce que la Carrera demandait une "mise en roue", le Chihuahua Express (même type de course) mais sur un période de trois jours.

En 1995 il croise le chemin de Claude Verhelle, cela lui permit de participer à un nombre important de rallyes à travers l'Europe et toujours dans le baquet de droite d'une légendaire Cortina. Un duo sympa et discret. Lors des épreuves ils répondent toujours présents pour disputer les premières places des classements.

Leurs deux derniers rallyes ont été marqués par la malédiction. Le rallye du Portugal où la malchance les contraignit à l'abandon suite au bris de pont de l'auto, et au Tour de Belgique c'est la boîte qui rendit l'âme.

Je ne crois pas au St Christophe des rallymen.

Mais ne restons pas sur de mauvais souvenirs, Yves a déjà une multitude de projets pour la saison 2013.

Belle réussite pour un homme discret.





Petit clin d'oeil à un sponsor bien de chez nous. Vous l'aurez deviné, pas besoin de joker ?

BonneS routeS et grand merci pour ta collaboration Yves.

Certaines photos de la galerie sont des années antérieures à 2012. (origine internet)

Texte: Jean-Luc Gérard Photos aimablement prêtées par Yves



    Galerie