Bienvenue, Ouvrez une session ou inscrivez-vous



La Montagne crée la surprise de tous…

  • reportage précédent

    C'est encore une femme au volant...

    17/01/2013

    « Voir l'article

  • reportage Suivant

    Seizième édition du rallye Monte-Carlo Historique

    29-01-2013

    Voir l'article »






La montagne maudite, un surnom bien mérité. Située en périphérie de Barcelone, une colline dans le parc de Montjuïc.

Dans un cadre de verdure sur un tracé montagneux,l'endroit accueille en avril 1975 le Grand prix d'Espagne, les F1 troublent la quiétude des lieux pendant un Week-End. Ce sera la dernière course dans la ville de Barcelone.









Une course disputée la première fois en 1932. Un an plus tard, un nouveau grand prix entérine le tracé de presque 4 km. Un nom peu connu, le circuit de Montjuïc.





En 1969 pour varier les plaisirs du spectacle, qui jusque cette date avait lieu à Jarama, près de Madrid, et dans les rues de Barcelone. Les deux circuits se partagèrent l’épreuve pendant six ans.





L’année 1975 est marquée d’un dramatique accident, un bolide perd son aileron et quitte la piste, faisant parmi les spectateurs, quatre tués et blessant gravement une dizaine d’autres personnes.









Réaction d’un pilote, Emerson Fittipaldi se retire en guise de protestation. Les pilotes avaient jugé le jour avant, le tracé trop dangereux, l’organisateur n’avait pas tenu compte des remarques formulées par les participants.

L’épreuve continue et est remportée par Jochen Mass. Depuis cette date plus aucune épreuve n’eut lieu sur ce tracé.

Quelques passionnés eurent l’idée de relancer l’épreuve, mais d’une manière plus soft, en effet il n’i avait plus aucune infrastructure en place sur le circuit.

On ne pouvait pas abandonner la magie des circuits urbains ( Pau, Angoulême, Monaco ).

Trois longues années de préparation, un vrai chemin de croix, administration lente au niveau des autorisations, guerre déclarée avec l’organisateur du salon Auto Retro Barcelona, plateaux difficiles à composer, etc.

Quelques rares inscrits en « Avant-guerre » sont mélangés avec des autos jusqu’à 1965, monoplaces, GT , protos et autres.





















Enfin le jour de la course, la première auto s’élance vers 9h 30, le départ était prévu à 8 h 30, déjà du retard, prémonitoire ! L’homologation du tracé précise, la vitesse maximum doit être limitée à 110 km/h !





Peu avant midi le plateau classique s’élance et après quelques tours effectués par un pilote italien, son Alfa Roméo GTV de 1983 se retrouve sans frein .

Soudain le drame, il tape le rail de sécurité et percute deux personnes, dont une, est très gravement touchée.

Après ce dramatique accident, la course reprend, mais derrière le pace car.

13 heure sonne la fin de l’épreuve, le maire de Barcelone suspend l’épreuve pour des raisons de sécurité.

Trois ans de préparation et de promotion, trois secondes pour anéantir cette course.

Espérons que l’organisateur relèverat la tête en 2013, mais on en doute

Vous avez dit maudite cette montagne !!!

Texte : Jean-luc Gérard Photos : sources Internet



    Galerie