Bienvenue, Ouvrez une session ou inscrivez-vous



Première Montée Historique de Forêt-Trooz et une invitée de marque !

  • reportage précédent

    Première édition d'un rallye comptant pour le Belgian Oldtimer Trophy.

    08-06-2013

    « Voir l'article

  • reportage Suivant

    Thérapie de groupe sur le circuit de Spa-Francorchamps

    10-06-2013

    Voir l'article »






Le 26 mai dernier, sous une pluie battante, plus de 110 participants se présentèrent sur la ligne de départ, de la très légendaire course de côte de Fléron, appelée aujourd'hui « Première Montée Historique de Forêt-Trooz ». L’Écurie Maquisard (du même nom que l’autre course de côte très connue), avec le syndicat d’initiative de Trooz eurent l’idée d’organiser la montée sur le même tracé que durant les années 1960.





Malgré les averses fréquentes, tous les participants s’étaient donné comme objectif, se faire plaisir et ravir le public.

Le but de cette news n’est pas de réécrire l’histoire, plusieurs de mes confrères ont déjà relaté cette journée exceptionnelle, mais d’attirer votre attention sur la participation d’une auto tout à fait hors du commun, une Alpine Berlinette A110 (avec son historique qui ne laisse pas indifférent).





La qualité de l’organisation de cette épreuve est déjà reconnue chez nos voisins français, et pour cause, le propriétaire d’une auto peu banale est venu se faire plaisir dans notre région.





La grande vedette de cette journée, en dehors des autres participants était la Renault Alpine Aseptogyl de Joël Favé-Lesage.





Notre ami Joël n’a pas hésité à parcourir + de 700 bornes pour libérer les chevaux de son auto de course, et le terme n’est pas usurpé.

L’historique de cette « bête » n’a pas été écrit par moi, mais mis à ma disposition par le propriétaire actuel et j’en profite pour l’en remercier.





Il est rare de retrouver sur nos épreuves des autos avec un passé aussi complet et précis, vous allez en juger par les lignes qui suivent.

Nous avons eu beaucoup de plaisir à la voir évoluer, sachant que Joël n’a pas libéré toute la puissance de ce bolide, on ne joue pas avec une pièce unique et encore moins sur l’asphalte ruisselante.













Photos et texte : Gérard Jean-Luc et Cedric Franssen



    Galerie