Bienvenue, Ouvrez une session ou inscrivez-vous



Un deuxième succès pour l'édition « revisitée » du Tour de Belgique Auto 2013.

  • reportage précédent

    Boucles du Condroz, dernière manche du challenge H.R.C

    20-10-2013

    « Voir l'article






Vendredi matin, les organisateurs de cette épreuve mythique accueillaient les participants sur le très beau circuit de Zolder.

Vérifications des engagements et contrôles techniques des véhicules.





Le "grand" Marc Duez très attentif lors du briefing.





Le repos du guerrier, avant le combat!

Quatre-vingts équipages allaient en découdre sur 1100 kilomètres, pas une mince affaire ni pour les véhicules ni pour les participants. Et l’on peut d’ores et déjà dire, quel que soit le classement, tous sont gagnants compte tenu de l’exigence physique pour piloter et naviguer pendant trois grosses journées dans des autos qui faut-il le rappeler n’ont pas le confort de nos voitures actuelles.





Austin Healey de 1962









Un départ plein d’enthousiasme pour nous mener de Zolder à Chaudfontaine en passant par la course de côte de Richelle via celles de Trooz, Soiron et Trasenster.





Arrivée le vendredi soir à Chaudfontaine, l’épicentre névralgique du rallye, les participants étaient dirigés ensuite par le raod-book vers les célèbres courses de côte précitées.

Belle « mise en roues » pour le premier jour.









Déjà les pénalités influençaient les résultats de certains, n’oublions pas que cette épreuve était basée sur la régularité. Le pied un peu lourd sur la pédale de droite lors du régularity test à Zolder en était la preuve.

Le règlement interdisait de dépasser le 130 km/h, mais vite oublié par certains ténors.

Le but était de se faire plaisir, mais il fallait assumer!





On a vu plus clair sur le circuit





La première étape se terminait à Francorchamps sans ne pas être passée par Spa Barisart et la côte de «Trôs Marets».

Une nuit réparatrice, ou presque, car courte. La deuxième étape débutait sous un épais brouillard, sur le circuit de Francorchamps par -4 degrés C°.

Nous sommes à la porte de l’hiver et la cuvette du circuit nous le rappelait.





Mais l’ambiance y était et les concurrents repartaient pour boucler à plusieurs reprises le tracé spadois pour ensuite repartir, en passant sur les petites routes de Malmedy, Gouvy, Houffalize, vers le village de l'Eglise pour la première récupération des forces de la journée.

On est loin d’avoir terminé cette deuxième étape.





Le brouillard se lève et on en profite pour appuyer sur les gazs





Les résultats ne sont pas figés, il reste encore de nombreux kilomètres à couvrir et l’on retrouve en première place l’équipage Holvoet Dominique et son très performant navigateur, Van Overschelde Bjorn sur une non moins performante Toyota Célica de 1972.(celle de gauche)





Pénalités, 155,04 points pour ce duo (en sachant que certains as des épreuves historiques ont déjà «chopé» à Zolder plus de trois cents points pour avoir dépassé le 130 km/h).

Le leader est talonné par un équipage mixte sur R5 Alpine, Piraux/Monard avec 155,36 points! (spécialiste aussi de la discipline "régularité").





Le podium n’est gagné pour personne, la course pourrait encore réserver des surprises.

La course de côte de Sainte Cécile (Florenville), vitesse moyenne de 50 km/h , une montée calme, amène les concurrents vers Houyet(course de côte), en passant par Mouzaive et direction le circuit de Mettet, où la vitesse moyenne sera de 70 km/h.

Le circuit de Mettet où se sont rassemblés énormément de spectateurs, la preuve que le rallye historique a des adeptes de la discipline.





L'autre Toyota(Bernard Jacquet / Yannick Albert)





Une très rare Lancia Stratos.





En soirée, l’hôtel Dolce à La hulpe accueillera cette caravane d’autos d’une autre époque. Mécaniques et équipages pourront récupérer pendant une nuit réparatrice.

La journée de dimanche sera rude, il y a encore beaucoup de kilomètres à parcourir.





Pour la troisième et dernière étape, le dimanche, cap sera mis vers le Hainaut, le Condroz et la Hesbaye pour enfin retrouver la ville d’eau de Chaudfontaine, endormie depuis le départ des autos la veille en soirée.









Un rallye nostalgique apprécié de tous, pas facile du tout, exigeant, mais quel plaisir pour les participants et les spectateurs comme l’a prouvé le public à Mettet, au gué de Saint–Fontaine, au château d’Hodoumont et à d’autres endroits tout aussi mythiques dans le Hainaut.





Le gué de Saint-Fontaine.(Condroz)













Marc Duez ne roule pas que sur circuit!





Impossible de citer tous les noms d’équipages méritants (d'ailleurs, ils le sont tous), des habitués, des moins habitués, mais chacun avec des souvenirs pleins la tête et rêvant déjà d’une édition prochaine, rendez-vous est pris pour 2014. Un grand merci aux pilotes et navigateurs pour le spectacle et sans oublier les organisateurs sans qui il ne nous aurait pas été possible de suivre ce rallye efficacement.













Une très belle épreuve, une réelle commémoration fidèle à l’esprit d’époque, et il reste à signaler une annecdote relative à ce Tour de Belgique 2013, la participation d’une auto de fabrication belge.

Le Coupé A.P.A.L de 1959, avec moteur Porsche, auto pilotée par Didier Van der Stock et naviguée par notre très connu Daniel Pigeolet, une référence en rallye de régularité et d’orientation, et d’ailleurs nos voisins français le craignent lors de ses interventions sur leurs terres.





Nous vous fixons rendez –vous l’an prochain avec des nouveautés annoncées pour cette épreuve et vous présentons dès à présent nos meilleurs vœux pour l’an nouveau, et espérons vous revoir sur notre site régulièrement.





Texte : Jean-Luc Gérard

Photos : Jean-Luc Gérard / Cédric Franssen / Christian Halin



Les résultats détaillés sur le site de l’organisation «Tour de Belgique 2013«



    Galerie


Voir la galerie complète

"Notre succès on vous le doit"




N'hésitez pas, commandez vos photos, toutes visibles ici !